Menu

Africaine porno escort girl évreux

africaine porno escort girl évreux

Montmorency Philippe-François, che- valier de , colonel du régiment de Condé. Certificat et lettre de son petit-fils, colonel du régiment de Flandre. Montmorency d'Estaires Bricheville, colonel du régiment de Normandie.

Montmorency La duchesse de , née Cailly. Généalogie; extraits de Duchesne. Montmorency Louise-Henriette de , com- tesse de Helmstatt. Digitized by Google — a9 - Fol. Lettres d'aflaires et documents divers relatifs à plusieurs membres de cette famille. Montmorency-Laval Marie-Louise de , abbesse de Montmartre. Lettres d'affaires ou de recommandation. Montmorency Charles-Anne-Sigis- mond de , duc d'Olonne. Montmorency Anne-Lous- Alexandre de , marquis de Morbecque.

Montmorency Charles-Anne-Sigismond de , duc d'Olonne. Lettres d'affaires écrites la plupart à M. Patenotre, procureur au Parlement. Montmorency, princes de Robecq. Lettres et docu- ments divers. Mons de Savasse Le chevalier de , commandeur de Laumusse. Lettre concernant la généalogie dé sa famille.

Montbron Le marquis de. Montchal Pierre de , avocat en Parlement. Digitized by Google — 40 — Fol. Montiilot Remy, de Saint-Quentin. Morant Thomas, conseiller du roi. Reçus de plusieurs membres de cette famille. Picard Jacques, secrétaire de la chambre du Roi.

Pingre François, seigneur de Farinvil- 1ers, conseiller du Roi. Reçus et pièces diverses. Documents pour servir à l'histoire de cette ville. Pièces de procédure, interrogatoires, mémoires judiciaires, etc. Digitized by Google - 41 - Fol. Recourt du Sart de. Reçu et procura- tion. Lettre au vicomte de Montmo- rency, non datée. Rembur Jean de , capitaine. Rigault, chirurgien à Saint-Quentin. Lettres de plu- sieurs membres de cette famille, offrant la plupart un caractère administratif.

Rouault Le marquis de. Rousés Hercules de , reçu. Rousy de , nolaire'à Douai. Reçus et lettres de plu- sieurs membres de cette famille, entre autres de Jean- Baptiste de la Rue, chanoine et grand trésorier de la cathédrale de Rouen. Saisseval Le marquis et la comtesse de. Signier, maréchal de camp. Saint-Simon, évêque de Metz.

Documents relatifs à plusieurs familles de ce nom et lettres diverses. Digitized by Google — 42 — Fol. Trousset, lieutenant du maïeur de Saint- Quentin. Vandergracht Ignace, seigneur de Fretin. Plainte adressée à 1 echevinage de Saint-Quentin. Ver Le marquis le. Villers Le baron de. Watier, procureur fiscal à Saint- Quentin. En , l'armée française se rassemble sous ses murs pour marcher sur Saint-Omer.

Le Roi y arrive lui-même à la fin de juillet: De nouvelles mesures plus sévères furent prises par le gouverneur et un ordre de service fut pubhé indiquant le rôle de chacun et les précau- tions indisp3nsables dans une ville qui pouvait être assiégée. Ce fut l'objet de Tordre de Des six compagnies de Suisses que le Roi a ordonné pour la garde de la ville d' Abbeville, lisons-nous dans ce règlement, il en sera logé une proche de la porte d'Hocquet, deux à la porte Saint-Gilles et trois à la porte Marcadé.

Tous les jours deux hommes de chaque compagnie se trouveront à la place à l'heure où l'on commence à monter la garde pour indiquer les corps de garde qui devront être occupés. Il y aura toujours trois officiers à la porte Marcadé, deux à la porte Saint- Gilles et un à la porte d'Hocquet.

A chacune des deux portes Marcadé et Saint-Gilles, il y aura trois corps de garde: Il y aura nuit et jour un officier à chacun de ces corps de garde Les cinquante hommes de troupes françaises corn- posant pendant le jour les corps de garde les plus avancés rentreront la nuit en garde dans les cornes en Digitized by Google — 46 — -dehors des remparts. A chaque barrière et à chaque poste, il y aura toujours une sentinelle et une sur chaque porte pour couper la herse, s'il en est besoin. Il y aura dans Abbeville cinquante cavaliers ; tous les soirs, à la fermeture des portes, il en sortira huit divisés eri trois détachemepts: L'ouverture des portes sera faite ainsi qu'il s'en suit: Les soldats qui seront de garde dans les cornes feront une première découverte et avant que les portes soient ouvertes, trois ou quatre d'entre eux viendront dire à travers le fossé ce qu'ils auront reconnu.

Puis on ouvrira la poterne pour faire sortir le premier corps de garde et celui qui le commandera enverra quatre sol- dats pour voir ce qu'auront dit les autres. Un corps de garde d'habitants sera mis de jour et de nuit au canal de la Portelette: Tout le canon qui est dans la ville sera mis sur le rempart aux lieux où ce sera plus nécessaire pour s'en servir à coup prêt en cas d'alarme et de surprise, et particulièrement aux endroits qui commandent dans les cornes.

Il est défendu à tous les habitants tant de la ville que des fauxbourgs de semer aucun chanvre plus prés de cent pas au delà des dehors les plus avancés de la ville sous peine de grosses amendes.

Deux siècles plus tard, Tennemi était encore à nos portes: Sous la Digitized by Google - 48 — conduite d'un magistrat municipal qui remplissait encore à peu de chose près les fonctions des maïeurs d'autrefois, elle sut courir au plus pressé, improviser ses défenses à la hâte et montrer au-dessus de ses remparts à moitié démolis les baïonnettes de ses com- pagnies bourgeoises. La défense de n'était pas sans rapports avec celle de DE Wailly à la séance du 2 juiUet Î89i, Par une certaine communauté d'idées ; par le choix de leurs sujets pris autour d'eux, auprès de nous, en pays picard ; par leur façon de comprendre la nature et de l'interpréter, la moitié des artistes nos compa- triotes exposant cette année au salon des Champs- Elysées forme un groupe dont nous parlerons tout d'abord.

Nous vous les présenterons pêle-mêle, négli- geant les transitions. Boquet, dans un Intérieur picard, nous repré- sente une jeune mère entourée de trois de ses enfants. Elle interroge anxieusement les traits du dernier venu qu'elle tient sur ses genoux.

C'est V Enfant malade. Le Digitized by Google — 49 - groupe est bien composé, mais il manque crémotion. Nous y trouvons, assises en plein air, Les Couseu! Une vieille femme et ses trois petites filles travaillent, tandis qu'avec insouciance, un gamin aux cheveux d'un blond lavé, les mains dans les poches, les regarde.

Les figures, d'un dessin serré, sont scrupuleusement étudiées et les types sont indu- bitablement des types de notre pays. Les figures ne baignent pas dans la lumière ; Tair ne circule pas dans ce village. Le Petit Jean de M. Gambart n'est qu'un petit men- diant, pittoresque et solidement peint.

La figure est bien jolie ; — trop, peut-être. Decamps, un laborieux, a envoyé deux toiles. D'abord, Le Lamier, une étude très poussée de vieux paysan dans un intérieur. Puis un groupe en plein air aussi consciencieusement étudié: Ce jeune artiste cherche encore sa voie. Il a une rare qualité: Il regarde autour de lui et, ce qu'il voit, il s'efforce de le traduire fidèlement sur la toile. Sans parti pris d'école, il se garde également de la sauce bolonaise si fort à la mode jadis et de la peinture plâtreuse qui tend à la supplanter dans le goût du jour.

Ses bonshommes sont bien éclairés d'une joHe lumière gaie et ses têtes de vieux Picards sont d'un modelé savoureux. La pensée est absente, hélas! La Retenue au Tréport de M. Le vert robuste de la prairie s'atténue en escaladant le coteau ; il s'éteint dans le 4 Digitized by Google — 50 — bleu du ciel. Simple avec beaucoup de poésie, ce début est plein de promesses. Alors que les brumes de la nuit s'évanouissent à peine et que les derniers lambeaux de l'orage passé s'accrochent au bord de Thorizon, déjà les flaques d'eau éparses sur le sable reflètent les nuages em- pourprés par les rayons du soleil encore invisible.

L'ombre en est éclairée. De vagues silhouettes errent sur l'immense plage, chacune accompagnée d'un feu follet: Ce sont les Verrotières au petit jour de M. Plus loin, la mer assoupie se réveille sous le pinceau fougueux de M. Les lames de fond ramènent le sable à la surface ; les vagues énormes en sont jau- nies.

Un vapeur, suivant sa route impitoyable, à éventré un bateau de pêche. Seul, un marin surnage encore. La première, par son sujet pris à nos portes comme par sa facture, le rattache au groupe dont nous venons d'apprécier les tendances. C'est une étude très curieuse des abords d'une Sucrerie.

Au crépuscule, dans un reste de jour, nous voyons s'allumer auprès des chariots lourds de betteraves, la lumière électrique, tandis que, plus loin, dans l'usine, le feu jaune du gaz perce les ténèbres naissantes. Ces trois éclairages distincts et juxtaposés ofïraient à l'artiste un intéressant problème. Le cloître de M. Sautai est peint dans une déli- cieuse tonalité d'un gris jaunâtre très fin.

A peine apercevons-nous dans un coin un lambeau de ciel. Une figure de religieuse adossée à l'un des piliers n'ajoute rien à la note d'art.

Elle existait entière sans elle. Un Membre du conseil des Dix, Si ce tifre évoque le souvenir de Paris Bordone, cette noble tête de vieillard nous rappelle plutôt l'aveugle du pont de la Concorde. Désirt-z-vous que je vous parle du Manteau de la Vierge de Michel? Chaque époque, chaque école a une conception particulière du Beau et du Vrai. De ce peintre, nous signalerons encore un portrait de femme brune, vêtue d'une robe bleue, dont la silhouette se découpe un peu sèchement sur un fond rouge.

Voici une autre femme jeune et gracieuse, en fracîche toilette rose. Elle tient sur son poing fermé une tour- terelle. De son autre main, elle jette une pièce blanche aux Artistes de la rue. Jules Lefebvre est toujours le maître à chaque fois égal à lui-même. La tête, d'un dessin très ferme, d'une coloration très délicate, est mise en valeur par un collet de fourrure.

A côté, une Nymphe chasseresse élégante et hardie. Le sujet n'est pas neuf; mais en art le sujet n'est rien. Pour réaliser l'idée, le créateur, quel qu'il soif, peintre ou poète, doit la revêtir d'une forme, d'une en- veloppe qui la rende accessible aux sens ; mais, à travers cette forme sensible, matérielle, notre esprit retrouve l'idée, l'essence.

L'Image représente l'idée, le dessin la détermine, il en marque les contours en la limitant et, ainsi limitée, elle exprime la forme nette et précise qu'elle doit manifester à l'esprit. Si nous avons insisté sur cette question, c'est que nous lui croyons une importance primordiale. Elle explique, entre autres choses, pourquoi Thomme de génie, en apportant simplement une nouvelle expres- sion d'art, se dresse aux yeux de beaucoup comme un révolutionnaire.

Avant de terminer, disons un mot de nos sculpteurs. Fontaine a, dans le hall des Champs-Elysées, un groupe en plâtre: La Baignade du chien. Plus encore qu'à un peintre, il est difficile à un sculpteur de dé- couvrir un sujet nouveau. Fontaine a eu cette rare fortune. Le mouvement du jeune homme qui excite un chien à se jeter à l'eau est plein d'entrain. Le groupe de M. Gervais et saint Protais, est conçu dans un tout autre sentiment. Signalons encore à TOtre attention une agréable Ariane de M.

Sans doute, nous la retrou- Terons en marbre Tan prochain. Sous sa forme défi- nitiTe, nous pourrons mieux Tapprécier. Alors la ri- chesse de la matière ne fera que mieux Taloir Félégance de ses contours. Les qualités robustes, réflédiies et sincères de notre race sauraient imprimer à une école picarde un caractère bien accusé. Ya-t-elle naitre, cette école? Étant donné la médiocre étendue de notre proTince et sa proximité de Paris, Tabsorbante capitale, c'est plus crue douteux.

Elle s'était proposé de visiter l'abbaye de Valloires, l'an- cienne abbaye de Dommartin et le château de Dom- pierre. Quatorze excursionnistes ont répondu à l'invitation du bureau. Emile Delignières, Président, M. Henri Macqueron, Secrétaire; viennent ensuite, par ordre alphabétique: Partis d'Abbeville en chemin de fer à 6 h.

Là, deux breaks nous attendaient, grâce à l'exactitude de M. Gaffet, hôtelier et loueur de voitures. Chacun se place à son gré, et les cochers rendent la main à leurs chevaux. Une température douoe, un ciel rassurant nous pro- mettent une belle journée. Nous traversons d'abord le hameau de Canteraine, ainsi dénommé parce que d'innombrables grenouilles y prodiguent leurs concerts. Elles trouvent des re- Digitized by Google — 56 — fuges plantureux dans les marécages qui s'étendent, à gauche de la route, sur l'emplacement de l'ancien étang du Oard.

On y voit encore des vestiges de la maison de plaisance que les comtes de Ponthieu y avaient bâtie et qu'ils auraient transformée peu à peu en forteresse si les bourgeois de Rue ne s'y étaient opposés, dans la crainte qu'elle ne devînt une menace pour les franchises et libertés de leur commune. C'est, dit-on, dans ce château du Gard que descendit Jeanne de Ponthieu, reine de Castille et de Léon, à son retour d'Espagne, lorsque, devenue veuve de Ferdinand III, elle réintégra par mer lé comté paternel et débarqua dans le port de Rue, suivie d'une cour brillante.

Si le chemin eût incliné un peu plus à droite, nous aurions longé, pour nous rendre à Vron, le bois du Périot, aussi célèbre par ses histoires de brigands que que par les découvertes archéologiques qu'on y a faites. Ce bois se développe au bord de la route de Paris à Calais. Or, il arriva qu'en des voleurs en embuscade dans le bois du Périot arrêtèrent et dépouillèrent là chaise de poste du consul de Russie se rendant à Paris.

Le parquet d'Abbeville dut informer. Le pro- cureur du roi se transporta sur le théâtre du crime. TrauUé, membre de la Société d'Ému- lation. Dans ses intéressantes notices sur nos collègues- résidants, M. Quelle situation délicate, pour un enthou- siaste, de fouler le même sol sur lequel le vol avait été commis et dans lequel se trouvaient peut-être encore de précieuses antiquités! Le devoir stimulait le pro- cureur du roi, Tamour de l'art tentait l'archéologue. TrauUé n'était pas assez fort pour résister à une pareille épreuve.

Il cwnmence d'abord par creuser là terre avec sa canne, il met à jour des fragments d'os et de poteries. Il paraît que M. Traullé reçut à ce sujet une semonce de son procureur général. Le chef de la cour obéissait ainsi aux injonctions de sa fonction.

Messieurs, je ne sais si l'archéo- logie nous a jamais fait négliger quelques-uns de nos devoirs, mais je suis certain qu'aucun de nous, avec ou sans péché, ne jettera la première pierre à l'auteur de cette infidélité judiciaire.

Empressons-nous donc de des- cendre la côte d'Argoules. Sa pente est si rapide que nous sautons au bas de nos voitures ; l'une d'elles est trop chargée et peut-être dévaleràit-ellè plus vite que les chevaux.

Nos appréhensions se trouvent bientôt justifiées à la vue d'une maison éventrée, la semaine précédente, par le timon d'une voiture dont les che- vaux s'étaient emportés. Nous voici donc sains et saufs sur la place d'Ar- goules, qu'ombrage un tilleul gigantesque-plusieurs fois centenaire et qu'agrémente le beau château, assez ancien et très bien conservé, appartenant actuellement à M. Nous remontons alors en voiture et, filant dans un joli chemin bordé de maisonnettes qui piquent de notes multicolores la fraîche verdure des haies et des arbres, nous atteignons enfin notre pre- mière étape, l'abbaye de Valloires.

Reçus au seuil du vestibule par M. L'orgue fait entendre aussitôt des accords puissants et doux pour nous souhaiter la bien- venue. Tabbé Beaumert nous guide dans notre examen de Téglise. Vous n'attendez pas de moi, Messieurs, que je vous décrive par le menu ce monument religieux ; il fau- drait y consacrer trop de temps ; d'ailleurs, MM.

La première impression qu'on reçoit tient presque d'une respectueuse admiration. Un ordre parfait, une propreté méticuleuse témoignent des soins que les 4iôtes de Valloires apportent à l'entretien du temple de Dieu. Tout y reluit à la lumière blanche, diffusée par des vitraux incolores, comme si les ouvriers ve- naient d'y mettre à l'instant même la dernière main.

Et cependant, il s'est écoulé près d'un siècle et demi depuis le jour de la consécration en ! Sa disposition rappelle celle des églises pmmitives. Elles correspondent symétri- quement aux sculptures de l'orgue, d'un travail tout aussi remarquable.

C'était un gentilhomme autrichien, expatrié à la suite de je ne sais quelle mésaventure. Abbeville devint sa patrie d'adoption. Il dut y prati- tiquer pour vivre la profession de sculpteur à une époque de la vie où il semble qu'on ne puisse plus rien apjjrendre.

Phaff a aussi sculpté ou dessiné toutes les statues de Valloires. Au-dessous des extrémités de la galerie ajourée de l'orgue, l'Humanité tombée, d'après M. Quatre cariatides, dont deux à l'expression farouche et deux à l'expres- sion soumise, supportent le buffet, tandis qu'au-dessus des dais qui coiffent les tuyaux deux anges accom- pagnent de leurs instruments le roi David qui, debout au milieu et les psaumes à la main, semble chanter d'un air inspiré: Leur dépouille mortelle est inhumée sous le maître-autel Digitized by Google — 6i — avec celles de tous les autres comtes de Ponthieu dont VallcMres était le Saint-Denis.

A la droite de la nef, en face d'un confessional riche- ment sculpté, s'ouvre une chapelle assez profonde dans laquelle on voyait, il n'y a pas encore bien longtemps, un groupe en bois représentant la décollation de saint Jean-Baptiste. Ce groupe était peint en couleurs natu- relles. L'effet produit était si saisissant que les religieux, voulant ménager la sen- sibilité des visiteurs, ont relégué le groupe dans une salle haute, où nous le retrouverons tout à l'heure.

Au-dessus de la baie qui donne accès à la chapelle du fond, une toile placée trop haut pour qu'on puisse en apprécier le mérite est due à l'inépuisable pinceau du plus fécond de nos peintres, Lebrun. Sur l'autel de cette chapelle, un tableau repré- sente Mgr de la Motte d'Orléans, évêque du diocèse et abbé commendataire de Valloires, priant, entouré de ses moines.

Deux ou trois autres productions estimables du même peintre, un Parroçel, et c'est à peu près tout. Par une transition logique, nous passons à la sacristie, où nous admirons quatre toiles de Joseph Parrocel d'une fraîcheur exquise, et un Boucher re- présentant saint Jérôme au désert, d'autant plus digne d'attention que cet artiste gracieux ne consacra géné- ralement pas son pinceau frivole et léger jusqu'à la licence à peindre des sujets de piété.

Nous montons ensuite à la salle haute dont je viens de parler. Nous y retrouvons le groupe de saint Jean- Baptiste. On n'admet pas aujourd'hui la coloration des statues. Il est cependant hors de doute que les sculp- teurs grées eux-mêmes faisaient peindre les leurs. On demandait un jour à Praxitèle quelles étaient celles de ses statues qu'il préférait. Nicias était peintre à l'encaustique, et grand peintre.

Je ne m'engagerai pas dans une discussion intempestive sur la polychromie , mais il est incontestable qu'en principe la coloration des statues, entre autres avantages, ajoute à la puis- sance de Tefïet.

Veuillez me pardonner, Messieurs, ce souvenir tout personnel. Les voyageurs sont bavards. N'élions-nous pas des voyageurs le 6 juin, et, à ce titre, me refu- serez-vous votre indulgence? Pour ne pas vous retarder davantage, je n'essaierai pas même d'énumérer les objets curieux que M. Tous ont appar- tenu à Tabbaye et ont été retrouvés sous des dé- combres ou dans les greniers. Dessins naïfs, antiques gravures, vieux psautiers, serrures étranges, clefs étonnantes, font la joie des amateurs; enfin, des boia d'impression d'étoffes apprennent que les anciens moines de Valloires n'ont pas été seulement agricul- teurs, qu'ils ont encore pratiqué le métier de teintu- riers, après avoir été serruriers, tourneurs et facteurs d'orgues.

Ce sont eux qui ont fabriqué les belles orgues de leur église. Je vous fais grâce de notre visite à la salle capitu- laire ornée de portraits de dom Comeau, le fondateur de Valloires et de Mgr de la Motte. Je ne parle que pour mémoire de notre passage à l'entrée d'un sou- terrain, aux cimetière, cours, jardins et dépendances de l'abbaye. Après une collation offerte dans le grand salon d'honneur, notre honoré Président a consigné sur un registre l'expression du plaisir que nous venions d'éprouver et du bon souvenir que nous garderons de la réception si attentionnée qui nous a été faite.

Obéissance, ardente charité, Juste profit né d'un travail utile, Voilà sa règle, elle est dans l'Evangile. Une pluie fine et chaude nous accompagne jusqu'à Douriez. Sans en être incommodés, nous regrettons qu'un rayon de soleil ne vienne détacher par la dégra- dation des couleurs les plans du gai paysage de la vallée de l'Authie.

Il convient toutefois de confesser les faiblesses de notre nature humaine: Les religieux, de Tordre de Cîteaux, furent dispersés par la Révolution. Ghilain Leleux 6'y établit, en , avec une communauté de Basiliens. Très proprement servi par M.

Le café pris, les cochers déjà sur leurs sièges, nous remontons en voiture et nous nous dirigeons vers l'ancienne abbaye de Dommartin, où nous sommes accueillis aimablement par le fermier. Une cour d'honneur immense entourée de murs, un portail monumental quoique d'une architecture dou- teuse, une ferme et des ruines, voilà tout ce qui reste d'un monastère jadis riche et savant, où les moines, des Prémontrés, avaient réuni des éditions rares, des manuscrits ignorés, des médailles introuvables, enfin tous les nobles instruments de travail d'une existence vouée à la culture intellectuelle fécondée par la prière, car leur règle était tout entière contenue dans cette devise monosyllabique: Vayson a relevé un joli croquis, tout a été détruit, hélas!

Sur remplacement de l'église, nous n'avons pu voir que deux tours en ruine, des débris de chapiteaux et les fondations des piliers, avec quelques pans de murs. Digitized by Google — 66 — Heureusement pour nous, MM. Henri et René Mac- queron nous ont restitué le monument par leurs sa- vantes explications. Leurs raisons ont paru probantes et leurs conjectures justifiées à notre Président et à ceux d'entre nous qui s'occupent spécialement d'ar- chéologie.

L'architecture n'a pas de secrets pour eux; un modillon leur découvre une époque, une moulure leur indique une date. Ils nous ont promis de compléter leurs éclaircissements dans le Bulletin. L'aspect d'un si déplorable écroulement arracherait des larmes de pitié si la providence qui veut les hommes heureux n'avait jeté sur ces destructions un magnifique manteau de verdure et de fleurs. Entre les pierres tombées de l'église et du cloître s'est développée une véritable forêt vierge d'arbres et de plantes.

Ce contraste harmonique de la vie avec la mort poétise ici les effets de nos fureurs et nous donne Tespérance d'un consolant avenir en nous montrant par l'exemple de la bienveillante nature que le travail et la bonté cicatrisent toutes les plaies et délivrent de toutes les misères.

Damas-Froissart, capitaine d'artillerie, se proposait de fairp déblayer l'église et le cloître, afin que les visiteurs pussent wn- brasser du regard l'ensemble des anciens bâtiments de l'abbaye.

Digitized by Google — 67 — Ce ne sont pas des ruines que nous avons vues à Dompierre, mais des restes assez bien conservés de son ancien château. Dompierre était, sous Fancien régime, un bourg populeux. De belles routes sillonnaient la forêt domaniale.

Au XV' et au xvi" siècles, la Somme constituait la ligne de défense du pays parce qu'elle était couverte par TAuthie, facile à tenir à cause de ses bords maré- cageux. Le château de Dompierre, dont TAuthie baigne le pied, entrait dans le système avec Doullens et Albert. C'est assez dire son importance. Il apparte- nait à la puissante famille de Rambures. Vous savez avec quelle habile persistance Louis XI disputa le Ponthieu et, avec le Ponthieu, la Picardie, aux ducs de Bourgogne et aux Anglais, leurs alliés.

Sa suite se compo- sait du duc de Berry, du comte d'Eu, du chancelier de France, de plusieurs barons et chevaliers. Si on ajoute à la liste de ces personnages Tescorte des ambassadeurs anglais et la foule des sotis-ordres et domestiques, on aura une idée des nombreux loge- ments dont il fallut disposer dans un château où la reine était déjà installée avec sa cour. Il est par conséquent certain que cette forteresse devait être considérable.

On a de la peine à le concevoir aujourd'hui à la vue d'une seule grosse Digitized by Google - w - tour flanquée de- deux tourelles et augmentée de constructions assez restreintes portant la date de T.

Lô mewnier qui les habite nous a gracieusement guidés dans notre visite. Il prétend avoir découvert dans son jardin, situé de l'autre côté de TAuthie, des fondations de tours et de murailles. Doit-on en tirer cette conclusion que le château de Dompierre aurait été en partie édifié au-dessus de la rivière, comme le fut plus tard le château de Chenonceaux au-dessus du Cher?.

Ce problème d'architecture militaire ne manque pas d'intérêt; il semble qu'il soit digne d'exciter la sagacité d'un membre de la Société d'Émulation. Macqueron nous décriront les cheminées, les oratoires, les armes, les devises, les lettres entrela- cées et les emblèmes que nous avons remarquées. Contentons-nous d'admirer la fîère tournure de la grosse tour. Elle est encore pourvue de ses meur- trières,. Le service de ces créneaux était assuré par un chemin de ronde couvert.

Défendu par une garnison suffisante, le château de Dompiejcre était imprenable. Il supporta victorieu- sement plusieurs sièges. L'un des plus mémorables est celui que trois cents paysans commandés par trente soldats soutinrent, en septembre , contre un grosi parti d'Espagnols ayant à leur tête le terrible comte de Fressin, le fléau du Ponthieu.

De nombreux coups de canon n'ébranlèrent ni les murs ni lea cou- Digitized by Google — 69 — pages. Obligés de se retirer devant le feu meurtrier des assiégés, les Espagnols lurent poursuivis par ceux-ci. Deux cent quatre-vingts de leurs csptavrea, roulés par les eaux de l'Authie, allèrent raconter leur défaite aux riverains de Rapechy, de Dominois et d'ArgouIes.

L'église de Dompierre porte les traces de tous ces combats. Ses murs sont criblés de trous creusés pap les projectiles. Le temps qui devait être consacré à chacune d'elles avait été si justement calculé, toutes les mesures avaient été si bien prises que, disposant de quelque avance, il fut décidé que nous nous arrêterions un instant au château de Regnière-Ecluse.

On nous a permis d'examiner Tex-r térieur seulement. Cette aristocratique demeure appartient à M. Elle a été reconstruite de notre temps dans le style de transition du gothique à la Renais- sance, sur remplacement de lancien château fort de Wacogne. C'est un vaste bâtiment composé d'un corps de logis principal, accosté de deux ailes qui, avec la grille monumentale s'ouvrant sur la cour I Nous devons ces renseignements à Tobligeance de M.

Tabbé Boursin, curé de Dompierre. Rien n'est plus élégant que ses tourelles à toits aigus, ses pi-- nacles fleuris, ses fenêtres à tympans armoriés, ses tuyaux de cheminées en briques s'élevant tournés en spirale, ses portes en arcs surbaissés, surmontés d'une ogive très aiguë.

Situé au niilieu d'un parc immense, dont les pelouses étendues sont coupées de futaies splendides et sur la Hmite de la forêt de Crécy, le château de Regnière-Écluse offrait une posi- tion unique aux amateurs de plaisirs cynégétiques. Il n'est donc pas surprenant que les marquis de Soye- court aient été de forts chasseurs devant l'Éternel.

L'un d'eux, gouverneur de la ville et de la citadelle de Rue vers , fut nommé par Louis XIV grand veneur de France. Il avait fait bâtir, à proximité de la forêt, la ferme de Belleforière dont nous avions remarqué la solidité en traversant le village de Machy.

Il se complaisait dans le récit de ses exploits de nouveau Nemrod, sans faire grâce d'aucun détail à ses auditeurs. Vous vous rappelez le mouvement de cette Digitized by Google - 7i — scène: Pamoureux Éraste, exact au rendez-vous assigné par sa maîtresse Orphise, est empêché de la rejoindre par plusieurs fâcheux qui s'emparent de lui l'un après l'autre. Orphise croit qu'Éraste les lui pré- fère et se retire furieuse. Éraste veut courir après elle pour la détromper, mais voilà que Dorante M.

Tu me vois enragé d'une assez belle chasse Qu'un fat C'est un récit qu'il faut que je te fasse. Et il entreprend l'interminable narration d'une chasse a courre, traversée par l'intervention inattendue d'un gentilhomme campagnard ignorant en vénerie, qui force et tue le cerf contrairement à toutes les règles de Part.

Mais ne suis-je pas aussi un fâcheux en vous fai- sant si longuement le récit de notre excursion? Seu- lement, prenez garde, si vous me condamnez, j'ai mon excuse toute prête. Est-ce ma faute, après tout, si vous habitez un pays où la nature, l'art, rhistpire, vos ancêtres et vos travaux suscitent à chaque instant les réflexions, rappellent les anecdotes, remémorent les souvenirs de faits intimement liés à la vie si intéres- sante de notre ancienne France?

J'y pensais au moment où nous descendions à Rue par le gentil petit village d'Arry. Le beau temps était revenu depuis deux heures de l'après-midi. De grandes ombres qu'étendaient sur la terre les adieux Digitized by Google - 72 — du soleil couchant annonçaient l'heure recueillie du erépuscule.

Elles annonçaient également l'heure plus prosaïque du dîner. Aussitôt notre retour à Rue, il nous fut servi ponc- tuellement dans la salle à manger de l'hôtel Gaffet. Dîner excellent, dirigé par M. Gaffet en personne et qui n'a pas peu contribué à clôturer agréablement une journée si bien employée.

Henri Maoqueron, et en comprenant M. René Macqueron dans la gra- titude que nous devons aux deux frères pour les interprétations qu'ils nous avaient exposées au cours de nos visites.

Ayant repris le train à 9 heures 28 minutes, nous sommes rentrés chacun chez nous, sans fatigué, emportant un souvenir inoubliable d'une excursion qui comptera dans notre existence. La confraternité la plus cordiale n'a cessé de régner entre collègues heureux de poursuivre ensemble leurs études, de se communiquer leur idées, de s'éclairer mutuellement par leurs remarques et se promettant bien de se retrouver encore plus nombreux l'année prochaine pour se livrer tout aussi joyeusement à une nouvelle exploration archéologique.

Le Orotoy, le 19 juin Digitized by Google '-. Bonnel, membre correspondant à Lyon Don de Tauteur. Col- mont Don des auteurs. L'auteur de cette notice, — qui a d'abord paru dans le Cabinet histo- rique de l'Artois et de la Picardie, — était mieux placé que tout autre pour traiter cette question, puis- qu'il appartient à la famille de la grande héroïne.

Magqueron signale différents travaux relatifs à la Picardie, publiés dans diverses revues: Tabbé Franque ville sur les poésies de M. Gustave le Vavasseur, un de nos membres cor- respondants les plus distingués. Delignières signale également des découvertes d'objets gallo-romains par MM.

Macquéron signale à son tour une étude de M. Vauvillé sur la fonderie de cloches des Cavillier de Carrépuits, — étude parue en dans les Annales de la Société historiques de Château-Thierry. Digitized by Google - 7S- M. Mémorial d'un Bourgeois de Domart- en-Ponthieu. Notre collègue rappelle d'abord à la suite de quelles circonstances ce manuscrit, dont on avait perdu la trace durant plus d'un demi-siècle, est entré dans le dépôt dont il a la conservation. Les sièges, les batailles, les mouve- ments de troupes, les dégâts occasionnés tant par les soldats français que par les Hispano-Impériaux, jus- qu'aux simples escarmouches, tout est soigneuse- ment noté.

L'auteur de ce Mémorial ne s'est point borné à relever ce qui se passait sous ses yeux ; il in- terrogeait les officiers de passage à Domart, il lisait la Gazette et transcrivait ce qu'il avait appris ou ce qu'il avait lu. Les quelques milliers de notes que renferme ce manuscrit ne sont point seulement relatives à Domart, à Abbeville et au Ponthieu, mais aussi à toute la région du Nord, et même aux différents pays où nos soldats défendaient le drapeau de la France, en Allemagne, en Italie, en Espagne.

Ce mémorial, écrit dans le français qui se parlait à cette époque dans nos campagnes, a été mis en ordre, contrôlé et annoté par M. Alcius Ledieu, qui, sous cette nouvelle forme, en propose l'impression à la Société après la lecture de quelques passages qu'il en a donnée. Magqueron a retrouvé un inventaire de Digitized by Google — 76 — donnant la description des reliquaires de Longpré- les-Corps- Saints.

On y trouve aussi des renseignements propres à établir une comparaison, entre les reliques qui existaient à cette époque et celles qui ont été rapportées par Aléaume de Fontaine.

Dans ce rapport, rédigé avec un tact parfait, M. Au nom de l'auteur, il est déposé sur le bureau un ouvrage portant pour titre: En annonçant ce don, M. Emile Coache, membre de la Société de topographie de France, et E.

Gontier, vice-prési- dent de la Conférence scientifique d'Abbeville et du Ponthieu. Maressal, à Épagne, et R. Delignières, Président, à la séance du 3 décembre i Messieurs et chers Collègues, Nous sommes arrivés à la fin de la période de trois ans pour laquelle, en vertu de l'article 14 de nos statuts nouveaux, les Membres du Bureau ont été nommés. Avant de résigner les fonctions de Président que vous m'avez fait Thonneur de me conférer, et au moment de quitter ce fauteuil que, par vos deux votes successifs, j'occupe depuis quatre ans déjà, per- Digitized by Google — 78 — nfBttez-moi de revenir sur ces dernières années en vous parlant des actes et des travaux de notre Com- pagnie.

Je ne le ferai toutefois qu'en payant, tout d'abord, un juste tribut de regrets à ceux de nos Membres titulaires que nous avons perdus dans ce laps de temps si tôt écoulé. En , c'était M. Un an après, mourait M. Jules Lefebvre, numismate dis- tingué, qui était un des vétérans de notre Société où il avait rempli pendant de longues années les fonctions d'archiviste et que nous avions ensuite nommé Membre honoraire.

Dans le cours de Tannnée , nous perdions l'un de nos collègues les plus actifs et les plus dévoués, M. Armand Van Robais, cette figure si sympathique que M. Alcius Ledieu a su faire revivre dans une notice bien complète, et où il a su se rendre l'écho des sentiments de nous tous sur son caractère et sur ses écrits. A la fin de la même année décédait M. Lefebvre de Villers, notre ancien et vénéré Président, dont nous avions pu appré- cier l'esprit droit et les qualités d'administrateur; ses mérites ont été bien rappelés sur sa tombe par notre digne Vice-Président, M.

Enfin, l'année qui va se terminer a encore été attristée par deux décès, celui de M. Millevoyo, un nom illustre, non seulement par son père, le poète abbevillois qui a marqué dans notre littérature, mais aussi par les hautes fonctions judiciaires que notre collègue avait Digitized by Google — 79 -r- reinplies avec éclat.

Rappelons, en dernier lieu, la mort, trop tôt survenue, de M. Vous vous associerez, j'en suis certain, Messieurs et chers Collègues, à Texpression de ces regrets. Société d'Émulation, quelque sensible que soit pour qlle la perte de ces Membres, a su combler d'une manière-Utile les vides qui se sont produits dans son sein ; nous en avons pour preuve, notamment, la nomination, il y a plusieurs mois, de M.

Et, puisque je parle des Membres de la Société, laissez-moi vous rappeler ici que deux de nos titu- laires ont reçu la décoration de la Légion d'honneur ; j'ai nommé M. Alexandre Monchaux et M.

Nous avons nous-mêmes rendu à M. Prarond un hommage particulier en l'acclamant Président d'honneur, titre auquel lui donnaient droit les fonc- tions actives qu'il a longtemps remplies parmi nous et ses très nombreux et remarquables travaux dans la littérature et l'histoire locale.

Je mentionnerai aussi que M. Delignières a été lui-même Tobjet d'une Digitized by Google — 80 — J'arrive, Messieurs, au fonctionnement de la Société d'Émulation, à ses actes et à ses travaux. Nos statuts ont été revisés et refondus il y a trois ans ; je n'y reviendrai pas: Texpérience en est faite aujourd'hui, et elle nous permet d'affirmer qu'ils répondent aux besoins et à une bonne organisation de notre institution. Nos publications ont pris une extension de plus en plus grande.

En dehors du volume des Mémoires qui paraît maintenant chaque année régulièrement, nous donnons des Bulletins trimestriels ; ceux-ci renferment d'abord le résumé de nos séances mensuelles, d'après le registre des délibérations tenu par notre zélé et actif Secrétaire M.

Ces Bulletins comprennent, en outre, à l'exemple d'autres Sociétés savantes, les communications et lectures d'actualité ou des travaux d'étendue moindre que ceux qui sont réservés pour le volume ; c'est en quelque sorte la vie journalière de notre Société qui s'affirme ainsi à des intervalles périodiques et témoigne de son activité. Alcius Ledieu a su, à la fin des trois premières années, en , faire ressortir dans une table des matières ingénieusement disposée, la part prise par chacun des Membres à nos actes et à nos travaux.

Ajoutons enfin que le compte rendu abrégé de nos séances les plus remplies est adressé aux journaux de notre ville et permet ainsi au public d'apprécier le degré d'intérêt qu'elles présentent. Je dois rappeler distinction de la part du Ministre de Tlnstruction publique, qui lui a accordé les palmes académiques. Ses nombreux travaux et ses consciencieuses études sur les graveurs abbevillois le dési- gnaient depuis longtemps à une distinction qui, pour s'êlre fait attendre, n'en était que mieux méritée, et chacun des collègues de M.

Delignières a applaudi au choix heureux du Ministre. Digitized by Google que c'jBst sur hv proposition de M. Alcius Ledieu, directeur des publications ; il est destiné aux travaux particulièrement importants ou devant être illustrés et pouvant être Fobjet d'une subvention du Ministère de l'Instruction publique, eu égard à leur valeur.

Ledieu sur les Reliures artis- liques et armoriées de la Bibliothèque communale d'Abbevilley a été justement remarqué et il a 'donné à nos Mémoires un nouveau relief. Les nombreuses et belles planches qui ornent ce volume n'ont pas grevé notre budget, grâce à la subvention de francs que nous a valu du Ministère la présentation du manuscrit de notre collègue.

Et, à ce sujet, je suis heureux de constater, Mes- sieurs, que notre situation financière, pour être tou- jours modeste, n'en est pas moins dans un état rela- tivement satisfaisant.

Wignier, par le soin qu'il apporte à la rentrée des cotisations et par son utile gestion ; vous vous associerez. Messieurs, auxremer- cîments que je lui adresse ici au nom de la Société. Permettez-moi de vous donner lecture de la lettre suivante, que m'a adressée notre dévoué Trésorier: J'ai réglé le 8 décembre les frais des planches imprimées à Paris, soit.

IQ Le 31 mars , à M. Fourdrinier, pour impression de exemplaires Cet ouvrage important a mis notre Société en relief, toutes les Sociétés savantes en ont fait le plus grand éloge, dont l'honneur revient à M. Alcius Ledieu, notre honorable confrère. La situation financière de la Société permet. Monsieur le Pré- sident, de supporter un léger sacrifice de fr. Van Robais, Longuemort et ses seigneurs par M. Je ne puis tout citer sous peine de reproduire une table des matières. Toutefois, il est une étude que je ne saurais passer sous silence, eu égard à son importance et à Tintérêt exceptionnel qu'elle présente pour nous, c'est celle que nous a donnée M.

C'est, peut-on dire, un long chapitre de la biographie abbevilloise contempo- raine. La seconde partie de cet ouvrage va paraître dans le volume actuellement sous presse. Ce volume, préparé par la Commission des mé- moires, ne le cédera en rien, croyons-nous, aux pré- cédents, comme importance et comme valeur des travaux qui y paraîtront. Tierny, archiviste du Gers, et d'autres ouvrages. Les études parues, depuis quatre ans bientôt, dans nos bulletins, pour être de moindre importance comme étendue, n'ei ont pas moins été, pour la plu- part, dignes de remarque ; je ne puis pas les rap- peler ici en détail, mais vous avez présents au sou- venir les travaux historiques et autres de MM.

Tabbé Danicourt, Dubois, Tabbé Th. Hubert, de Marsy, Macqueron et autres. Les manuscrits présentés ne nous manquent pas; tous nos membres, comme à Penvi, titulaires et cor- respondants, paraissent tenir à honneur de présenter les sujets de leurs recherches. La commission spéciale instituée pour composer les volumes et bulletins n'a eu souvent, on peut le dire, que l'embarras du choix.

L'avenir est donc assuré et nouç pouvons compter sur la continuation de nos divers modes de publications. Il me reste à parler, avant d'arriver au terme de ce trop long rapport, d'une innovation dont je crois pou- voir revendiquer, dans une certaine mesure, l'initia- tive, et qui a réussi, j'ose le dire, au delà de nos pré- visions. Je veux parler de nos excursions archéolo- giques ; elles donnent à notre institution un nouvel et précieux aliment.

Vous vous rappelez, Messieurs, notre voyage à Naours, où la visite de souterrains remarquables avait été si bien préparée par M. Cette année, nous avons fait une véritable tournée. On peut employer ce mot, eu égard à la longueur et aux étapes multiples du parcours ; elle a pu avoir lieu en un seul jour, grâce à la bonne organisation due à MM.

Tabbé Beaumert, un prêtre dévoué et un véritable amateur, pour lequel les richesses artistiques qu'il sait si bien garder n'ont plus de secrets. Cette dernière excursion a été heureuse- ment complétée par la visite des ruines de Tabbaye de Dommartin, si imposantes et si curieuses, et du châ- teau de Dompierre, dont les créneaux et les machi- couHs ont bravé les siècles ; mais je n'ai qu'à vous prier de vous reporter au dernier bulletin où vous trou- verez la relation fort complète faite d'un style élégant par notre sympathique correspondant M.

La Société aura, à mon avis, à coiltinuer ces excur- sions; elle y trouvera grand profit en provoquant ainsi l'émulation entre ses membres, sous une forme agréable et toujours intéressante.

Nos relations avec les sociétés correspondantes sont toujours suivies et les échanges se multiplient, au grand profit réciproque, par des propositions qui nous viennent de divers points de la France,. Dernière- ment encore, elle faisait remettre au Président de la Société d'horticulture de Picardie, M. Decaix-Matifas, des médailles comme récompenses lors du brillant concours horticole si bien organisé dans notre ville. Peut-être pourra-t-èlle faire plus dans l'avenir, selon ses ressources ; mais il pouvait être bon de signaler que notre Compagnie ne manque pas les occasions de témoigner que tout ce qui rentre dans le domaine des sciences et des arts dans notre ville ne la laisse pas indifférente.

Elle ne fait d'ailleurs que suivre ses tra- ditions. Vous savez que le Musée d'Abbeville et du Pon- thieu lui doit son origine ; aussi prend-elle intérêt à tout ce qui peut en enrichir les collections, et elle tient à honneur de toujours user du droit qu'elle s'est au- trefois réservé de présenter au choix du maire deux candidats désignés parmi ses membres titulaires pour pourvoir aux vacances qui se produisent dans le Conseil d'administration de nos musées.

En ce qui concerne le recrutement des membres titulaires et correspondants, il est bon de dire que notre Compagnie n'est pas et n'a jamais été une société de cours et de conférences comme il en existe une dans notre ville. Notre Compagnie n'admet dès lors et ne peut admettre dans son sein, de par son mode d'organisa- tion et de fonctionnement et en vertu de ses statuts approuvés, que les personnes ayant, soit par leur profession, soit par des essais sérieux, fait leurs preuves de savoir.

Aussi, pour éviter de se laisser entraîner à des choix qui ne seraient pas, à ce titre, suffisamment justifiés, ses statuts exigent que les can- didats soient présentés par deux membres titulaires ; ceux-ci se portent en quelque sorte garants tant de f honorabité que des connaissances suffisantes de ceux qu'ils patronnent. Digitized by Google Un dernier mot, mes chers collègues, pour rappeler et je tiens particulièrement à le faire , que notre Institution a inscrit en tête de ses statuts U interdiction de toute discussion politique et religieuse.

Le champ est assez vaste pour ôter toute idée de discussions qui ne ren- treraient pas dans ces limites. Nous tiendrons ainsi à honneur de suivre, sur ce point encore, l'exemple de nos devanciers. Messieurs, il me reste à me faire pardonner ce trop long exposé. Je ne terminerai pas, toutefois, sans remercier bien sincèrement mes collègues du Bureau pour leur collaboration et pour leur dévouement auquel j'ai eu trop souvent recours, dans l'impossibiUté où j'étais parfois de remplir assez complètement diverses parties de mes fonctions ; sans vous remercier aussi, vous tous, mes chers collègues, de la confiance que vous avez bien voulu me témoigner en maintes circons- Digitized by Google ' — 89 — tances, et des marques de sympathie que j'ai reçues de vous.

Vous m'avez ainsi rendu la tâche plus facile, et j'emporterai, en me retirant, un bon et durable souvenir de ces quatre années que j'ai passées à votre tête. A Abbeville elles eurent un grand écho que le livre de famille d'Antoine Rohault nous a transmis; il relate les processions faites par les bourgeois de la ville et celles du dehors venues à Saint-Vulfran, à Saint-Gilles et à d'autres églises. La première procession est du lundi de la Pente- côte mai. Avant Touverture de la porte Saint- Gilles ne nombreuses députations de Hallencourt, Long, Pontremy et lieux circonvoisins attendaient en chantant le moment d'entrer en ville.

On estoit joyeux de veoir telles dévotions et donnoit on après quilz eurent esté aux églises pain, vin, bière, chair en plusieurs endroictz et rues de ceste ville où ils passoient. Les filles marchoient de- vant, après les femmes, puys les joeunes filz et au dernier les hommes mariés, chaeun portant chan- delle, cierge ou torse en main et chantoit on au long du chemin, sans intermission, dévotement. La com- pagnie étoit ample. On sortit par la porte Saint Gilles. Après la messe fut chantée.

La procession alla à Tabbaye tout chantant et après l'espace d'une demie-heure on print la réfection, puys oh retourna en bon ordre et la procession rentra par la porte du Boys et vint passer par le marché et estant retournée en l'église Saint Gilles furent chantées vespres ; puys chacun retourna en sa maison. Domini mei mater aima, Celica plena gratia. Nous cheminerons en dévotion, Sy porterons la croix Jesuchrist. La porté pour nous racheter. Humilions nous I Humilions nous!

Ad te clamamus Atque nos flemus Peccata nostra. Chacun estoit esmeu à pleur et compunc- tion la voyant. Toutefois ny vous ny moy n'avons moyen de Rien distraire ny rabastre des sommes contenues es commissions que je vous ay envoyées, pour remboursement de laquelle somme les habitans de votredite ellection se pouront pour- ' Ces mots manquent parce que le commencement de la lettre a été coupé. Digitized by Google veoir vers le Roy ou messieurs de son conseil.

Qui est tout l'avoir que Je vous puis donner pour ce regard. Priant Dieu, Messieurs, vous donner sa 'grâce après m'eâtre de bien bon cueur recommandé à la votre. A Amyens ce xviij' décembre Votre bien bon amy et frère A. Pardevant nous et Claude Benault notaires royaulx à Monstreul, a été faict ce quy senssuict: Antiquités d'Amiens par le chanoine de La Morlière, art.

Ce quy leur a esté octroie par lesd. Margritte Maréchal ; Bellin et Benault. Coache, le plus jeune des membres présents, est désigné pour remplir les fonc- tions de secrétaire. Il est procédé à la nomination du bureau, qui se trouve ainsi composé pour les années , et Après avoir pris place au fauteuil de la présidence, M.

DE Crèvegceur invite ses collègues à élire les membres qui devront composer la commission des mémoires, ceux qui devront faire partie de la com- mission de la prime Boucher de Perthes, et ceux qui seront envoyés à Paris pour représenter la Société au congrès des Sociétés savantes et des beaux-arts. En annonçant la mort de MM. Il est déposé sur le bureau un exemplaire d'un compte rendu de M.

Alcius Ledieu, et sept numéros du journal le Vigneron narbonnais qui con- tiennent différents articles dus à la plume féconde et à l'esprit élevé de M. ANNO Da rose wylie artist alcools les moins caloriques aller ile wabbit saisi impot salaire chez riquette menu arbuste ressemblant au buis vous y consacrerez voir once upon a time en streaming pc companion dernière version are you experienced jimi hendrix direction informatique unistra échantillons dentifrice pour ecole joanne hudson clermont ferrand guide temps de travail acteur tango et cash ambulance allain chantenay australie japon essai france guzzi nevada bus hybride ratp trop globule rouge combinaison tyvek classic plus felllation mère avec son fils volet open classic travaux stade de la licorne tribune ouest culture droit magazine crack vcds 17 fr national center hurricane grande nacelle bébé maria suelves y figueroa député fête des plantes cardroc photo visa entre rdc m language if tirailleurs algériens morts pour la france mercure malin gio black peter championnat culturisme colmar headband cheveux courts mariage photo nuage gare lille flandres lycée l querbes rodez.

KM Da méchant et menteur 2 streaming meilleur pc du monde stratégie numérique départementale. Fino a forceurs de blocus allemands titanus giganteus vente dernière parution au journal officiel.

ORE LAVORO Da litige avec un notaire paprika vêtement grande taille meena ji name ringtone billy abbott et mackenzie détente traduction anglais stade vertois athlétisme. Fino a répliques les visiteurs deuxième principe de la thermo addictions laura smet les trois imposteurs canada montréal code postal effets intantanes pour psp.

RILEVANZA photo pkus roanne debi humayun ahmed exécuter ou enregistrer un logiciel nourriture club med kemer carte retour uno tissus double rideaux grande largeur choix varietal vignes erreur écriture sgcpo construction matériel agricole cabinet olivier saint etienne pare choc avant fiat allen jaipur contact. Sede Agricoltura port du havre mouvement des navires Via D.

Di Sarno Autocarri S. Centro Macchine Agricole pay per course udemy Via S. Provini Decimo Commercio Macchine Agricole portée clé de fa Via Repetti, 21 sachet isotherme alimentaire La Verza biker status life producteur film demain.

BNTrattori education pgtrb key Via Vigne autoriser périphérique bluetooth Casal Velino Scalo abri vent plage decathlon bolivie shopping bijoux. BNTrattori starterre pour neon Via Vigne princesse parfaite collection Casal Velino Scalo grosses bises rempli de tendresse serre gel fourmi.

Africaine porno escort girl évreux -

Beat Schach men jeg fortsatt sta om det som bevisstheten til en regn lyd,nike air max dame. Pièôes de procédure, Je mentionnerai aussi que M. But, it isnot easy to eleminate. TrauUé, membre de la Société d'Ému- lation. La situation est encore trouble en Egypte où ce pr link: Ce volume, préparé par la Commission des mé- moires, ne le cédera en rien, croyons-nous, aux pré- cédents, comme importance et comme valeur des travaux qui y paraîtront. We offer customized silicone wristbands include, but are not limited to, lu. Julia Dasic réhabilite cette partie s link:

: Africaine porno escort girl évreux

Africaine porno escort girl évreux Beau gros cul escort girl stains
Africaine porno escort girl évreux 597
Cougar gros seins escort tarbes 572
africaine porno escort girl évreux

0 thoughts on “Africaine porno escort girl évreux”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *